La Louisiane

Enfin, nous y sommes ! On avait hâte de découvrir la Louisiane, ses marécages, sa musique et sa cuisine. On file direction la Nouvelle-Orléans, ville réputée pour son sens de la fête et son amour du jazz. D’ailleurs, si vous voulez vous mettre un peu dans l’ambiance, voici une super radio locale à écouter sans modération : Radio OZ.

 

La Nouvelle-Orléans

On débarque dans la nuit donc on trouve un endroit calme où dormir et on entame notre exploration le lendemain matin. Et pour commencer une journée à New Orleans, quoi de mieux qu’un bon café et des beignets ? Les beignets au sucre glace, c’est, paraît-il, LE truc à tester ici pour le petit déj’ (ou à n’importe quel autre moment de la journée en fait).

On prend donc la direction du French Quarter, quartier français historique de la ville. Pour la petite histoire, la Louisiane appartenait jadis à la France jusqu’à ce que Napoléon vende le territoire aux Etats-Unis pour la modique somme de 15 millions de dollars. Pas cher, surtout que la Louisiane était beaucoup plus étendue à l’époque.

Revenons maintenant à nos beignets ! On opte pour une institution locale, le Café du Monde, un grand café qui fait exclusivement des boissons chaudes et des beignets et pourtant, c’est bondé. Il y a un peu de queue mais ça avance vite. Une fois installés, on attend quelques minutes et ils arrivent tous beaux, tous chauds, prêts à être dévorer. Effectivement, comme disent les québécois, c’est cochon. On en ressort couverts de sucre glace mais heureux.

On part faire un tour au French Market, chouette marché où on trouve tous un tas de spécialités locales, des épices cajun aux têtes d’alligators empaillées.

Les locaux sont très relax et semblent prendre le temps de vivre. Ça contraste pas mal avec les villes de la côte Est, le style de vie locale nous rappelle presque plus l’Europe que les Etats-Unis.

On continue notre balade dans les rues de la ville. L’architecture ici est très travaillée, les bâtiments sont colorés et ont pour la plupart de beaux balcons en fer forgé ornés de plantes. Il y a des musiciens qui jouent du jazz à chaque coin de rue, les gens les écoutent et dansent sur la musique, c’est génial.

On débarque ensuite sur la place principale du French Quarter, le Jackson Square, où se trouvent un petit parc et une jolie cathédrale, la St Louis Cathedral.

Sur le parvis du monument sont rassemblés plusieurs artistes, certains jouent de la musique, d’autres exposent leurs peintures. On croise aussi plusieurs diseuses de bonne aventure avec leurs tarots et leurs boules de cristal.

Il est midi et on commence à avoir un petit creux. On décolle donc en direction de Cochon Butcher, un restau recommandé par notre ami Doug, un fervent adorateur de New Orleans. C’est dans un quartier plus moderne de la ville, on suit donc la célèbre Bourbon Street et on traverse Canal Street, la grande artère principale qui sépare le French Quarter du reste de la ville.

Le restau fait très hispter avec son mobilier industriel et ses assiettes en métal. Ça sent hyper bon, on en a l’eau à la bouche. On teste deux sortes de sandwichs : la muffuletta, typique de la Louisiane, et une pita à l’agneau et au tzatziki ; le tout au soleil en terrasse. Tout est excellent, la muffuletta a un goût très original avec ses épices et ses pickles vinaigrés.

On retourne ensuite dans le quartier français et on rejoint la fameuse Frenchmen Street où se trouve un nombre impressionnant de clubs de jazz. Il est seulement 15h et déjà les clients s’installent et profitent des groupes qui jouent en live devant un cocktail.

On remonte la rue vers le Nord jusqu’au quartier du Tremé, un quartier assez fun et un peu plus underground. On croise encore plusieurs artistes de rue, ça donne une énergie incroyable à la ville.

Après avoir erré dans les rues pendant quelques heures, on a bien envie d’un cocktail en terrasse. Il paraît que le bar Cane & Table fait d’excellents cocktails, il n’en faut pas plus pour nous convaincre. On tente un cocktail au rhum qui a un nom sympa, on leur fait confiance pour les accords. C’est super cher ($16 le cocktail), on a presque fait une attaque en recevant l’addition. Cela dit, le cocktail était original et rafraichissant et on a pu profiter du soleil sur le petit patio à l’arrière du bar.

Pour le dîner, on se fait un petit plaisir, on a réservé chez Cochon, un restaurant de cuisine cajun branché et réputé délicieux. On s’installe, l’ambiance est détente, c’est agréable. Le serveur nous explique que l’on peut commander un plat chacun ou plusieurs petites assiettes à partager. On part pour la deuxième option, comme ça on peut tester plus de trucs. On goûte les croquettes de boudin frit, le gumbo, les courges rôties et les joues de porc avec gratin de patates douces. Tout est savoureux et recherché, une très bonne adresse !

Une fois sortis du restau, on va sur Frenchmen Street histoire de profiter des clubs de jazz et de goûter à la vie nocturne locale. L’ambiance est ensorcelante, il y a des concerts dans tous les bars et partout dans la rue. Tout le monde danse, rit, fait la fête. On n’a jamais vu de ville où la musique est aussi vivante, aussi omniprésente. On entre dans un des clubs, c’est bondé, les musiciens mettent une ambiance de folie, on adore. Si vous aimez la musique, allez à la Nouvelle Orléans!

 

Avery Island

Le lendemain, on quitte la ville direction le bayou. Notre ami Jean-Yvon nous a conseillé d’aller découvrir Avery Island, l’île où est produite la plus célèbre des sauces piquantes, le Tabasco.

C’est une grande île entourée de marécages qui appartient à la famille Mc Ilhenny, les fondateurs de Tabasco. Leur production est basé ici depuis toujours, de la culture des piments à la mise en bouteille de la sauce.

On commence par visiter l’usine. Un petit parcours a été créé pour expliquer aux visiteurs les différentes étapes de production : la culture des différents piments, la fermentation, le filtrage, etc. C’est très bien fait.

A la fin du parcours, une dame nous parle un peu de l’histoire de la boîte et nous fait goûter les différents produits. Le plus connu est la sauce rouge Pepper Sauce, celle qu’on trouve dans n’importe quel supermarché mais ils en ont une dizaine d’autres sortes, de la Chipotle à la Green Chile. C’est sympa cette dégustation, ça nous met en appétit. On va donc déjeuner dans le petit restaurant qu’ils ont installé à côté de l’usine. On commande un sandwich au pulled pork et un Po Boy (sandwich typique de Louisiane) au boudin sur lesquels on teste les différentes sauces piquantes. Ça arrache mais c’est bon !

L’île abrite également une autre curiosité, les Jungle Gardens. De grands jardins pensés et conçus par l’un des membres du clan Mc Ilhenny passionné de botanique. Il y a créé différents écosystèmes, de la forêt de bambous à la palmeraie, et y a planté de nombreuses variétés de plantes exotiques et hybrides. On se balade dans les allées et on profite de cette belle journée dans ce lieu si spécial.

Notre exploration terminée, nous reprenons la route, prochaine étape : le Texas.

2 réflexions sur “La Louisiane

  1. .Nous prenons votre sillage au vol de la Louisiane historiquement chère aux français.Teva garde la ligne malgré les appétissants beignets,avec un fond de
    jazz,quel régal!.Le marché doit être très attachant.D’accord pour la Nouvelle
    Orléans,une très belle étape,qui restera dans vos mémoires.
    .Au Texas et Dallas autres lieux historiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *